Le bon sens n’a pas pris une ride.

 

Les leçons intemporelles font du bien. Dans une société en perpétuelle mutation, il est réconfortant de vérifier que des classiques restent d’actualité. Nicolas Boileau est de ceux-là. Comme son titre l’indique, « L’art poétique » s’adresse principalement aux poètes et aux dramaturges. Mais beaucoup des conseils contenus dans l’ouvrage sont aussi valables pour réussir nos écrits professionnels.

Voici quelques extraits de l’ouvrage : en italiques, le texte original ; et en retrait, mon adaptation en langage d’aujourd’hui.

 

Chant I.

 

(…) Craignez d’un vain plaisir les trompeuses amorces,

Et consultez longtemps votre esprit et vos forces.

 

Prenez le temps de réfléchir avant de parler ou d’écrire.

 

(…) Quelque sujet qu’on traite, ou plaisant, ou sublime,

Que toujours le bon sens s’accorde avec la rime ;

(…) Aimez donc la raison ; que toujours vos écrits

Empruntent d’elle seule et leur lustre et leur prix.

 

La raison et le bon sens doivent prédominer. Sans cela, le texte est sans valeur.

 

La plupart, emportés d’une fougue insensée,

Toujours loin du sens vont chercher leur pensée

Ils croiraient s’abaisser, dans leurs vers monstrueux,

S’ils pensaient ce qu’un autre a pu penser comme eux.

 

Beaucoup cherchent à briller par trop d’originalité, pour un résultat insensé…

 

(…) Un auteur quelquefois, trop plein de son objet,

Jamais sans l’épuiser n’abandonne un sujet.

S’il rencontre un palais, il m’en dépeint la face ;

Il me promène après de terrasse en terrasse ;

Ici s’offre un perron ; là règne un corridor ;

Là ce balcon s’enferme en un balustre d’or.

(…)Fuyez de ces auteurs l’abondance stérile,

Et ne vous chargez point d’un détail inutile.

Tout ce qu’on dit de trop est fade et rebutant ;

L’esprit rassasié le rejette à l’instant,

Qui ne sait se borner ne sut jamais écrire.

 

…D’autres s’écoutent parler et gonflent leur discours sans rien dire de pertinent. Elaguez vos textes, débarrassez-vous du rébarbatif.

 

(…) On lit peu ces auteurs, nés pour nous ennuyer,

Qui toujours sur un ton semblent psalmodier.

 

D’autres encore radotent toute leur vie le même discours.

 

(…) Le vers le mieux rempli, la plus noble pensée

Ne peut plaire à l’esprit, quand l’oreille est blessée.

 

Le fond et la forme sont liés. Une pensée juste doit être bien exprimée.

 

(…) Si le sens de vos vers tarde à se faire entendre,

Mon esprit aussitôt commence à se détendre ;

Et, de vos vains discours prompt à se détacher,

Ne suit point un auteur qu’il faut toujours chercher.

 

Ouvrez votre discours avec une bonne accroche et annoncez d’emblée votre sujet. Sinon, vous perdez l’attention de vos lecteurs ou de votre auditoire.

 

Il est certains esprits dont les sombres pensées

Sont d’un nuage épais toujours embarrassées ;

Le jour de la raison ne le saurait percer.

Avant donc que d’écrire, apprenez à penser.

Selon que notre idée est plus ou moins obscure,

L’expression la suit, ou moins nette, ou plus pure.

Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement (1),

Et les mots pour le dire arrivent aisément.

 

A parler trop vite, le propos est creux et confus. La beauté du texte reflète la profondeur de la pensée. La clarté du discours est le fruit d’une solide réflexion.

 

(…) Travaillez à loisir, quelque ordre qui vous presse,

Et ne vous piquez point d’une folle vitesse.

Un style si rapide, et qui court en rimant,

Marque moins trop l’esprit que peu de jugement.

(…) Hâtez-vous lentement, et, sans perdre courage,

Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage :

Polissez-le sans cesse et le repolissez ;

Ajoutez quelquefois, et souvent effacez.

 

Prenez le temps nécessaire pour rédiger. Ne vous faites pas avoir par un environnement de stress. Nous accordons peu de crédit aux textes écrits à la va-vite. Ecrivez en plusieurs fois, relisez-vous, soignez la précision et la concision.

 

C’est peu qu’en un ouvrage où les fautes fourmillent,

Des traits d’esprit, semés de temps en temps, pétillent.

 

Les défauts d’un texte l’emportent sur ses qualités.

 

Il faut que chaque chose y soit mise en son lieu ;

Que le début, la fin, répondent au milieu ;

Que d’un art délicat les pièces assorties

N’y forment qu’un seul tout de diverses parties,

Que jamais du sujet le discours s’écartant

N’aille chercher trop loin quelque mot éclatant.

 

Suivez la ligne, respectez la notion d’unité. Traitez d’un sujet à la fois en évitant les digressions.

 

Craignez-vous pour vos vers la censure publique ?

Soyez-vous à vous-même un sévère critique.

 

Soyez exigeant si vous souhaitez être irréprochable.

 

L’ignorance toujours est prête à s’admirer.

Faites-vous des amis prompts à vous censurer ;

Qu’ils soient de vos écrits les confidents sincères,

Et de tous vos défauts les zélés adversaires.

 

Ne vous contentez pas des premiers résultats. Faites corriger vos textes, de préférence par des amis exigeants et pointilleux (2).

 

Dépouillez devant eux l’arrogance d’auteur,

Mais sachez de l’ami discerner le flatteur :

Tel vous semble applaudir, qui vous raille et vous joue.

Aimez qu’on vous conseille, et non pas qu’on vous loue.

 

Suivez leurs critiques constructives sans monter sur vos grands chevaux. Ne soyez pas dans l’attente de leurs compliments. Mieux vaut recevoir la critique de face que la subir dans le dos.

 

(…) Un sage ami, toujours rigoureux, inflexible,

Sur vos fautes jamais ne vous laisse paisible :

(…) Il réprime des mots l’ambitieuse emphase ;

Ici le sens le choque, et plus loin c’est la phrase.

 

S’il ne laisse passer aucune facilité, c’est un ami fiable !

 

(…) L’ouvrage le plus plat a, chez les courtisans,

De tout temps rencontré de zélés partisans ;

Et, pour finir par un trait de satire,

Un sot trouve toujours un plus sot qui l’admire.

 

La médiocrité plait aux médiocres et les flatteurs appartiennent au camp des petits.

 

Chant III :

 

(…) Vos froids raisonnements ne feront qu’attiédir

Un spectateur toujours paresseux d’applaudir,

Et qui, des vains efforts de votre rhétorique

Justement fatigué, s’endort ou vous critique.

 

Les longs raisonnements ennuient. Les faits sont plus importants que les considérations personnelles…

 

(…) Sans tous ces ornements le vers tombe en langueur,

La poésie est morte ou rampe sans vigueur,

Le poète n’est plus qu’un orateur timide,

Qu’un froid historien d’une fable insipide.

 

…En revanche, le texte doit être enrichi par des détails qui lui insufflent vie et lui donnent du relief. En art, l’enrichissement tient du style et des effets poétiques. En matière d’écrits professionnels, il convient de défendre ses affirmations à l’aide d’une solide argumentation, notamment afin de parer les objections. Sans cela, l’auteur manque de cordes à son arc et son discours est nu.

 

(…) Donnez à votre ouvrage une juste étendue.

Que le début soit simple et n’ait rien d’affecté.

N’allez pas dès l’abord, sur Pégase monté,

Crier à vos lecteurs, d’une voix de tonnerre

« Je chante le vainqueur des vainqueurs de la terre. »

Que produira l’auteur, après tous ces grands cris ?

La montagne en travail enfante une souris.

 

Soyez à la hauteur de votre ambition et tenez vos promesses. Dans votre introduction, n’annoncez rien de plus grand que le texte qui suit.

 

(…) Un poème excellent, où tout marche et se suit,

N’est pas de ces travaux qu’un caprice produit :

Il veut du temps, des soins ; et ce pénible ouvrage

Jamais d’un écolier ne fut l’apprentissage.

 

La qualité est le résultat d’un travail soigné et d’une certaine maturité.

____________________

 

Le haut degré d’exigence de Boileau visait l’art et le bon. Ailleurs dans son texte, il conseillait à ceux qui manquaient de talent de choisir un autre métier. Nous n’en sommes pas là, s’agissant des écrits professionnels : dans ce domaine, l’acte d’écrire concerne tout le monde. Donc, on ne peut pas en exiger autant. Toutefois, écrire a beau être devenu plus facile aujourd’hui qu’hier, des règles et des principes sont toujours à suivre. Notamment, nous ne pouvons pas faire l’économie de la réflexion et d’un effort de bon sens. Rassurant, n'est-ce pas ?

 

  1. Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement – Oui, et plus encore, cela se vit clairement. Je développe le propos dans le texte « Concevoir à son image ».
  2. Faites-vous corriger par des amis, dans la joie et la bonne humeur, comme je dis dans le texte « Nos fautes, chères traîtresses ».

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Conception/réalisation du site et textes : © Jérôme Duez - 2016